Poésie et engagement à la MRL de Genève


Après nos deux premières enquêtes, la Maison de Rousseau et de la Littérature (MRL) de Genève organise une discussion entre Hédi Kaddour (photo) et Antonio Rodriguez : le vendredi 30 octobre de 19h00 à 20h00. Dans le cadre du festival «Ecrire pour, contre, avec», les deux interlocuteurs commenteront les réponses données par les poètes sur l’engagement. Ils traiteront ensuite des rapports entre poésie, éthique et politique dans la poésie contemporaine, ainsi que dans leurs démarches respectives. Anne Bregani, Françoise Delorme, Sylviane Dupuis, Éric Duvoisin, Gaia Grandin, Ferenc Rákóczy, Antonio Rodriguez, Isabelle Sbrissa, Pierre Voélin et Alexandre Voisard ont répondu à l’enquête de poésieromande.ch. Leurs textes seront à lire aux murs de la MRL.

Hédi Kaddour, poète, écrivain et rédacteur en chef adjoint de la revue Po&sie. publie plusieurs recueils poétiques, parmi lesquels La chaise vide (éd. Obsidiane, 1992), Jamais une ombre simple (éd. Gallimard, 1994), Passage au Luxembourg (éd. Gallimard, 2000), ainsi que des essais sur la poésie, entre autres L’émotion impossible (éd. Le Temps qu’il fait, 1995). Les personnages de son dernier roman, sélectionné pour plusieurs prix (Fémina, Goncourt, Médicis), Les Prépondérants (éd. Gallimard, 2015), sont tous animés par un désir d’égalité. Ce roman sur des années 1920 cosmopolites aborde les grandes luttes qui occuperont le XXe siècle: indépendance des pays colonisés, autonomie des femmes, tolérance face à la montée de l’extrême droite, amélioration des conditions de travail des salariés.

Dans son troisième recueil Big bang Europa (éd. Tarabuste, 2015), Antonio Rodriguez, poète et professeur à l’Université de Lausanne, interroge ce qu’il reste de l’appartenance, de l’amour, de la communauté au moment où l’Europe semble s’effondrer, à «l’âge de l’horizontal sans horizon». Il y cherche ce qui hante le contemporain et convoque une « politique intime » de la poésie par-delà l’engagement.