Au programme du Printemps – 13 mars


Pour cette deuxième journée, la poésie se déploie au-delà du texte pour expérimenter d’autres champs, comme l’adolescence, la migration, la musique. L’exploration pousse alors à se demander : la poésie est-elle encore un rituel pour s’approcher du sacré ?

 

Ce sont d’abord les adolescents qui prendront possession de la journée, s’appropriant au passage le thème du festival, « La poésie des marges ». A Fribourg, sur l’esplanade de leur Ecole Professionnelle, les étudiants rencontreront des migrants du même âge pour partager des instants de vie et donner voix à des poèmes qu’ils auront tous choisi : ainsi, José-Florre Tappy ou Pierre Voélin entreront en dialogue avec Alcides Villaça ou Mahmoud Darwich. A Ecublens, les jeunes s’exprimeront par le rap, genre souvent écarté de la poésie traditionnelle. Leur intervention donne l’occasion d’entendre ce qu’ils ont à dire du 21ème siècle.

Si le rap exploite autrement les règles poétiques, l’expérimentation pousse ces dernières dans leurs limites. Le performeur Antoine Läng sera à Obsession Records pour parler de la poésie corporelle, organique. Frédéric Forte, quant à lui, se jouera des règles en poésie, comme sait si bien le faire le groupe auquel il appartient, l’Oulipo.

Pour entendre de la poésie en musique, Alain Borer et André Velter donnent un récital à la Maison de Rousseau et de la littérature à Genève. Les deux poètes, spécialiste de Rimbaud pour l’un et initiateur du Printemps de poètes pour l’autre, vous emmèneront sur les chemins qu’ils ont déjà arpentés durant leurs nombreux voyages ou sur ceux que projettent leurs vers. A Delémont, un concert de musique de chambre fera entendre quant à lui du Musicodrame, une forme musicale incluant une voix parlée au sein d’un ensemble instrumental.

Bien qu’elles ouvrent de nouvelles voies, ces explorations poétiques, parfois salutaires comme à Meyrin qui réfléchira aux poèmes qui soignent les mots qui blessent, interrogent la place du sacré en poésie. Peut-il encore parler du monde aujourd’hui ? C’est à cette question que tenteront de répondre le poète Don Peterson et l’auteure et prêtre anglicane Marie-Elsa Bragg. Et si l’acte poétique n’était pas devenu plus brut, performatif, pour parler de la ruddesse du monde actuel, le sacralisant d’une manière nouvelle ?

 

Emmanuelle Vollenweider


Programme du 13 mars

Midi-poésie: sans frontières, Esplanade de l’Ecole professionnelle de Fribourg, 12h15

« Flash rap »: démo par les rappeurs du Centre des Jeunes, Centre socioculturel d’Ecublens, Bibliothèque communale, 17h00

Rendez-vous vigneron : « Réécrire la tradition », La Grange de Dorigny, Lausanne, 17h00

Atelier: ces mots qui nous blessent, Maison citoyenne de Meyrin, 18h30

Frédéric Forte « Youpi. (une lecture) », Centre d’Art Contemporain, Genève, 18h30

Poï #2 : Antoine Läng, Obsession Records, Lausanne, 18h30

Ecriture des ciels, Maison de Rousseau et de la Littérature, Genève, 19h30

The Sacred Word : a Conversation about Poetry and the Spirit, Cinéma City-Club, Pully, 19h30

Concert : « Entends la joie et son doux rire d’amante », Espace culturel de la FARB, Delémont, 20h00