Une campagne-action pour la poésie


Ils ont écrit des poèmes, « et vous » ? Dès le 5 mars et pendant toute la quinzaine du Printemps, trois grands poètes fixeront les passants dans les gares et les principales villes de Suisse romande. À moins d’une semaine de l’ouverture officielle du festival, la campagne-action du Printemps est lancée.

 

Depuis hier matin, Artaud, Verlaine et Hugo se sont installés en gare de Lausanne et dans les principales villes de Suisse romande. Une halte de deux semaines, annonçant l’arrivée du Printemps dans la région. Cette action d’affichage poétique, dans un espace urbain généralement réservé à la vente et au marketing, constitue un engagement symbolique fort du Printemps de la poésie et reflète l’ampleur de cette troisième édition. Unique en leur genre, se démarquant des panneaux publicitaires habituels, les affiches attirent le regard et interpellent les gens pressés… Mais qui sont ces trois hommes dont les regards semblent transpercer la foule ? L’énigme est posée à ceux qui ne sauront les reconnaître. Fou, prisonnier ou réfugié politique, tous trois ont pourtant écrit des poèmes. « Et vous » ?

 

Privés de leur nom, identifiés comme marginaux, les trois poètes incarnent le mot d’ordre de cette troisième édition : « les marges au centre ». En sortant la poésie de son cadre habituel et en la plaçant à même les murs des villes, cet affichage poétique participe au projet central du Printemps : amener la poésie partout pour en permettre l’accès à tous. Ainsi, cette campagne menée par l’Université de Lausanne permet de toucher un public plus large et suscite des questions. La poésie, un art réservé à une minorité ou à une élite ? La poésie au centre de l’attention ou reléguée à un arrière-plan culturel ?

 

« Et moi » ? La poésie ne me concerne pas ?

 

Marie Thorimbert