Tous en choeur – Les Poèmes de la Fête des Vignerons


Vin, musique et poésie. La Fête des Vignerons est une célébration unique au monde, se déroulant une fois par génération. Du 18 juillet au 11 août, elle célébrera les traditions viticoles suisses à Vevey, notamment avec des compositions musicales puissantes, basées sur les poèmes écrits par Blaise Hofmann et Stéphane Blok, librettistes de cette édition 2019. Retrouvez une cinquantaine de ces textes dans le livret Fête des Vignerons 2019. Les Poèmes, paru aux éditions Zoé/Bernard Campiche.

Naissance du projet pour les deux auteurs
C’est en 2015 que Blaise Hofmann, auteur de romans et de récits de voyage, et Stéphane Blok, poète et musicien, sont mandatés par la Confrérie des Vignerons pour écrire les poèmes de la Fête, qui sont chantés par les quelques huit cent choristes de la manifestation depuis 2018. Un « double coup de chance », mentionne Blaise Hofmann dans la préface de l’ouvrage, qui connaissait et appréciait déjà le travail de Stéphane Blok. Pour ce dernier, c’est un vieux rêve qui se réalise : « J’avais vu la précédente, je rêvais d’écrire la suivante. »[1]. Se crée un duo puissant, animé par la même vision de la Fête : éloge des sens, du goût, du retour à la nature… Pour la première fois, le livret de la Fête est écrit à quatre mains. Et ce n’est pas la seule spécificité de cette édition. Contrairement à la manifestation de 1999, où les textes écrits par le librettiste François Debluë précédaient les compositions musicales, les deux auteurs ont élaboré les poèmes en présence de tous les créateurs de la Fête. Ce sont de véritables tableaux vivants qui sont à découvrir dans ces pages, fruits de rencontres, d’imagination, et d’immersion dans cette culture viticole qui fait la fierté de ses habitants depuis plusieurs centaines d’années.

La poésie et la Fête des Vignerons
Et comment mieux décrire cette culture et ces traditions qu’avec la poésie ? Comme le note Stéphane Blok dans sa préface, la poésie est le meilleur moyen pour évoquer les liens qui unissent l’homme à la terre : « Qui mieux que toi pour décrire le doute ou pour raviver l’espoir enfoui. Qui mieux que toi pour décrire les paradoxes que nous vivons ; conscience et inconscience ; l’homme est la nature, la nature est l’homme. » Cette poésie est au coeur de la Fête depuis des générations, écrite, chantée, déclamée. Citons par exemple la contribution du poète et dramaturge genevois Jules Mülhauser, qui avait été sollicité pour les livrets de 1851 et 1865, ou encore René Morax en 1905, Pierre Girard en 1927, Géo H. Blanc en 1955, puis Henri Debluë et finalement François Debluë en 1999. En 2019, ce sont les plumes de Blaise Hofmann et Stéphane Blok qui sont à découvrir. La cinquantaine de poèmes révèlera la culture de la vigne, les joies, les peines et les rituels d’un territoire vivant, ouvert, qui porte et transmet ses traditions chaque génération.


[1] 06.12.16 « Les librettistes de la Fête des Vignerons prennent de la bouteille », 24 Heures, entretien avec Blaise Hofmann et Stéphane Blok, par Boris Senff.