Salve d’ouverture (mardi 25 avril)


Demain aura lieu l’ouverture officielle de la manifestation et les premières salves de poésie. Trois temps : un atelier d’écriture; l’accueil des poètes invités et une lecture-spectacle de la correspondance Chappaz-Bille.

 

14h-17h | ATELIER TOUT PUBLIC – ÉCRITURES URBAINES

Avec l’écrivain Pierre Fankhauser

Cet atelier d’écriture engagera les participants à devenir flâneur urbain, à rêver la rue, à mettre en mots ces déambulations. (Sur inscription : ateliers@poesieenmouvement.ch)

 

18h | Caves de Couvaloup ACCUEIL OFFICIEL DES POÈTES

en présence du Syndic de Morges, M. Vincent Jaques. Les sept poètes invités sont :

Jean-Pierre Siméon, directeur du Printemps des poètes, Paris

Nathalie Riera, France, rédactrice de la revue les Carnets d’Eucharis

Véronique Tadjo, France et Côte d’Ivoire

Gabriel Okoundji, Congo

Julie Delaloye, Suisse romande

Alexandre Caldara, Catalogne et Suisse romande

Claudine Gaetzi, Suisse romande

Les poètes seront accueillis et présentés officiellement au public. Lors de ce moment convivial, Laurence Verrey, initiatrice des Salves poétiques, dévoilera le thème des journées de création, resté secret jusqu’à aujourd’hui, et qui servira de source d’inspiration au travail d’écriture auquel vont se prêter les poètes. Avec une verrée offerte par la Ville de Morges.

 

21h | Caves de Couvaloup Lecture – spectacle – JOURS FASTES

Extraits des premières années de la correspondance Maurice Chappaz-Corinna Bille

(éd. Zoé 2016) par Rita Gay et Jacques Maitre, comédiens, et Olivier Forel, musicien

 

La rencontre de ce couple mythique d’écrivains a lieu en février 1942, en pleine guerre mondiale. La correspondance qu’ils échangent très vite rend compte de leurs premiers émois, de leurs rendez-vous secrets. Leurs lettres contiennent très peu d’échos des événements du monde. Comme tous les amoureux, ils sont avant tout préoccupés l’un de l’autre, et de leur passion partagée de l’écriture. Parmi les quelque 700 lettres échangées entre les deux poètes, le choix de Rita Gay et Jacques Maitre s’est porté sur les trois premières années de leur correspondance, qui restituent la fraîcheur et les angoisses de l’amour naissant. Et aussi le succès des premiers livres publiés, mêlé aux soucis quotidiens.

 «Nous sentons déjà les battements de notre cœur impatient»

 

Laurence Verrey

Photographie en Une : Gabriel Okoundji